Un peu d’histoire, ça peut pas faire de mal !

Plus que tout autre sport, du moins tant que la puissance de l’argent n’en deviendra pas l’unique valeur, le rugby est porté par son histoire et le souvenir des anciens qui en ont fait le « sport roi ». Pour 2018, année du centenaire de la fin de la guerre 14-18, la quatrième édition du Festival Rugbimages s’ouvrira donc naturellement par un colloque sur La mêlée des tranchées. L’auteur de ce livre, l’historien Francis Meignan l’animera en compagnie de Jo Maso, qui a écrit sa préface, et de Pierre Albaladejo qui, à travers l’exemple du Dacquois Maurice Boyau, nous dévoilera l’engagement et l’héroïsme d’une génération de joueurs fauchés dans leur éclatante jeunesse. Le soir, toujours à Albi, pour la soirée d’inauguration, il sera toujours question d’histoire, pour mieux parler du présent du XV de France, avec d’anciens capitaines des Bleus, de Walter Spanghero à Thierry Dusautoir.

Après ce départ « canon », pas question de baisser de rythme. Nous n’avons pas changé la recette qui a fait le succès des trois premières éditions de Rugbimages mais, comme chaque année, nous avons cherché à l’améliorer en y ajoutant une pincée de belles photos, une poignée de films émouvants, une cuillérée de débats corsés. Vous les découvrirez au fil des pages de ce programme.

Nous avons aussi trouvé de nouveaux terrains pour y partager la passion et la culture du rugby. Après Lavaur et Graulhet l’an dernier, Carmaux rejoint cette année notre Festival, en attendant Mazamet, peut-être pour l’an prochain ? D’Albi à Castres, en passant par Gaillac et toujours par Saint-Pierre-de-Trivisy (comme on dit : ça vaut le détour), le Tarn affirme ainsi son appellation de « Terre de rugby ». Et c’est pour mieux le souligner que nous honorerons, lors d’une soirée à Lavaur, ses meilleurs joueurs de l’ère amateur (avant 1995), désignés par un vote des lecteurs de La Dépêche du Midi.

 

1er prix concours photo 2017 – Photographe : Nacho HERNANDEZ